Un foyer manque à Montreuil
L'ancien foyer nouvelle france

Après l'évacuation du foyer de la Nouvelle France en juin 1996,
les quelque 200 résidents qui refusaient les logements " bien intégrés "
(et surtout ailleurs) proposés par la municipalité, ont commencé
un long périple d'hébergements provisoires en squatts, qui a duré plusieurs mois
avant que les résidents occupent une usine vide, rue du Centenaire,
où ils se trouvent toujours.

Nous avons pensé faire un film qui raconte à la fois le harcèlement répété
dont les résidents ont fait l'objet, notamment de la part de l'équipe du maire
(Jean-Pierre Brard, apparenté communiste) et la manière dont on pouvait
penser cette chasse à l'homme, voire cette chasse à l'immigré dans une ville
qui clame avec fierté (quand les besoins de communication l'y pousse)
être la " deuxième ville Malienne du monde ".

Nous avons voulu creuser ce paradoxe et cette hypocrisie apparente
qui fait qu'une ville dépense de l'argent pour " développer " la région d'origine
de gens dont elle ne cesse de dire qu'elle n'en veut ni comme habitants ni comme voisins.

Ce film est donc un essai, une étude, une discussion avec
quelques conseillers municipaux et militants politiques qui connaissent bien
la ville de Montreuil et son micro-climat politique,
et une réflexion sur la place des immigrés, des étrangers,
des personnes qui ne se comportent pas et ne se pensent pas comme tout le monde,
dans une ville.


Réalisation : Michael Hoare et Heike Heinzmann
Images et sons : Michael Hoare
Montage : Heike Heinzmann
Durée : 80 minutes

Disponible : DVD-R Pal
Prix : €15